Une maison parmi les arbres

Une maison parmi les arbres, Julia Glass (Gallmeister, 2018)

Installez-vous bien confortablement, une tasse de thé fumant à la main, et laissez-vous glisser dans l’ambiance délicieuse de cette Maison parmi les arbres. Julia Glass nous livre ici un roman sur l’inspiration, la naissance d’une vocation et les coulisses de la création littéraire. Il n’en fallait pas moins pour que j’aie un coup de cœur !

Morty Lear, célèbre auteur de livres pour enfants, décède au moment même où il doit être incarné à l’écran par Nick Greene, nouvelle coqueluche du cinéma, et où la conservatrice Meredith Galarza travaille à l’ouverture prochaine d’un musée à la gloire de son œuvre littéraire. Tomasina Daulair était l’assistante de Morty. Devenue sa confidente et son amie, elle doit du jour au lendemain gérer un héritage qui la dépasse et jongler avec des dernières volontés du défunt. Pour préparer son rôle de la façon la plus juste qui soit, Nick désire plus que tout se fondre dans l’univers de Morty et Tommy s’apprête à l’accueillir dans la maison du Connecticut. Une fois les obsèques célébrées, Tommy et Nick se retrouvent le temps d’un week-end à fouiller le passé de Morty et découvrent les lourds secrets de son enfance. Bien qu’elle ait consacré trente années de sa vie à Morty, Tommy réalise alors qu’elle ne le connaissait peut-être pas aussi bien qu’elle le pensait…

De quoi sont faits les artistes ? Ecrivains ou auteurs, quels sont leurs moteurs ? Quels rôles peuvent jouer les blessures de l’enfance dans la naissance d’une vocation ? Comment exister dans l’ombre d’un artiste ? Du besoin d’amour à la nécessité de se trouver un refuge pour créer, ce sont autant de questions qui vont se poser à nos personnages. Avec délicatesse, on voit leur psychologie se dessiner au fil des pages, les liens se tisser tout doucement, naturellement. Leur fragilité les rend attachants. Je dois avouer que c’est le personnage de Tommy qui m’a le plus touchée : l’assistante de toujours, tellement investie dans son travail qu’elle en a oublié de vivre, et qui réalise qu’il n’est peut-être pas trop tard pour reprendre la main sur son destin.

Une maison parmi les arbres est un roman subtil et captivant à déguster sans tarder !

Une maison parmi les arbres de Julia Glass est disponible chez Gallmeister (traduction Josette Chicheportiche, 464 pages).

2 réflexions au sujet de « Une maison parmi les arbres »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s