La Plus Précieuse des marchandises

La Plus Précieuse des marchandises, Jean-Claude Grumberg (La Librairie du XXIe siècle, 2019).

La Plus Précieuse des marchandises est un conte, un tout petit conte bien plus cruel qu’il n’y paraît. Je l’ai lu d’une traite et en ai eu le souffle coupé. 

Il était une fois un bûcheron et sa femme qui vivaient dans une forêt et qui n’étaient pas riches, mais alors pas riches du tout. Au milieu de cette forêt passait une voie ferrée et sur cette voie ferrée circulaient des trains de marchandises d’un genre un peu particulier : ils transportaient des gens en direction de camps de concentration. Oui, vous avez bien compris : Jean-Claude Grumberg a écrit un conte qui se déroule pendant la seconde guerre mondiale. Un beau jour, un bébé est balancé par la lucarne d’un wagon à bestiaux, il atterrit dans la neige et est sauvé par la femme du bûcheron. En mal d’enfant, celle-ci l’élèvera comme si c’était le sien. Ce bébé est pour elle la plus précieuse des marchandises. 

En une centaine de pages, le lecteur est plongé dans l’horreur de la guerre, la déportation, la haine des juifs (les « sans-cœur »), la violence et la bêtise humaine. Il y a des gentils très gentils, comme la pauvre bûcheronne, et des méchants très méchants, comme les « chasseurs de sans-cœur ». Entre les deux, il y a des bougons au cœur tendre, comme le pauvre bûcheron ou l’homme à la tête cassée. Et il y a le père déporté qui se ronge les sangs en espérant avoir sauvé son bébé en s’en séparant. 

Si l’écriture se fait naïve – parfois on croirait lire un livre pour enfants, l’histoire n’en est évidemment pas moins cruelle. Le grand écart entre les deux fait résonner le propos d’autant plus fort, justement. Je me souviens de la sortie du film de Roberto Begnini, La Vie est belle : une fable qui m’avait fait un peu le même effet. Comment parler de l’horreur de la guerre avec douceur et délicatesse, sans prendre pour autant le sujet à la légère ? C’est le tour de force qu’a réussi Jean-Claude Grumberg avec La Plus Précieuse des marchandises

Ce petit livre est une merveille de subtilité. Lisez-le ! Offrez-le !

La Plus Précieuse des marchandises de Jean-Claude Grumberg est disponible aux Editions du Seuil, collection La Librairie du XXIe siècle (2019, 128 pages).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s