Le poids des secrets : Tsubaki, Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa, Hotaru

Le poids des secrets, Aki Shimazaki

L’été dernier à Arles, je me suis offert le coffret du cycle romanesque Le poids des secrets chez Actes Sud. Cinq courts romans que j’ai enfin sortis de ma pile à lire, poussée par une irrépressible envie de douceur, et que j’ai enchaînés d’une traite : Tsubaki, Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa et Hotaru. Jamais coup de cœur pour un auteur n’aura été aussi fulgurant !

Aki Shimazaki est une écrivaine née au Japon, qui vit au Canada et écrit en français. C’est avec Azami, le premier roman de la série L’Ombre du chardon, que je l’ai lue pour la première fois. Le roman m’avait été offert par un ami qui l’avait apprécié. J’ai tout de suite aimé la singularité de cette plume. Quelques temps plus tard, une libraire bien inspirée me proposait la suite : Hôzuki. Une fois encore la magie opéra. 

Aki Shimazaki a un style à la fois doux et pudique. Elle n’en fait jamais trop. Si vous cherchez des envolées lyriques, passez votre chemin. Ici l’économie des mots traduit la plus grande retenue. Centré sur un personnage différent, chaque opus de la pentalogie Le poids des secrets navigue entre les époques et nous fait revivre l’histoire du Japon au XXe siècle, du tremblement de terre de 1923 aux bombardements de 1945 sur Hiroshima et Nagasaki, en passant par l’annexion de la Corée et le massacre des Coréens. Les personnages sont liés, d’une façon ou d’une autre, et chaque roman apporte son éclairage sur les secrets qui ont marqué – et marquent encore – leur vie : origine immigrée cachée sous un faux nom, lien de parenté passé sous silence, adoption, adultère, mensonge, meurtre… On découvre le carcan d’une société soumise à la tradition, le poids de l’héritage familial, des convenances. Et la volonté de s’en libérer, de conjuguer vérité et dignité. Parfois, les langues se délient en fin de vie…

En toile de fond et sur les superbes couvertures, la nature toujours. Les fleurs (camélia, myosotis), les hirondelles, les lucioles… comme autant de symboles du cycle de la vie. 

Je n’en dirai pas plus et ne dévoilerai pas les intrigues. Je m’en tiendrai à ces quelques mots, cette injonction amicale : lisez Aki Shimazaki, lisez Le poids des secrets. De mon coté, je m’en vais commander à mon libraire le coffret Au cœur du Yamato. Les yeux fermés. 

Le coffret Babel Le poids des secrets, de Aki Shimazaki, est disponible chez Actes Sud. Il contient les cinq volumes de la pentalogie : Tsubaki, Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa et Hotaru.

Le poids des secrets, Aki Shimazaki

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s