Ce genre de petites choses

Ce genre de petites choses, Claire Keegan (2020)

Le dernier roman de Claire Keegan est le genre de petites pépites qui, tout doucement, sans bruit, marquent pour longtemps.

J’ai découvert Claire Keegan il y a peu avec Les Trois Lumières – un court récit tout en finesse sur une petite fille qui découvre la tendresse, placée chez des proches parents le temps que s’achève la grossesse de sa mère. Je n’ai pas encore lu ses recueils de nouvelles mais il me semble que Claire Keegan a l’art de raconter les choses de la vie. Les regards, les gestes, les attitudes, les émotions…

Irlande, 1985. Bill Furlong est marié à Eileen, ils ont quatre filles. Marchand de bois et de charbon, Furlong se charge d’une livraison pour le couvent de la ville quelques jours avant Noël. Des rumeurs racontent que les sœurs y exploitent des filles-mères pour des travaux de blanchisserie. Contrairement à son épouse, pour qui le sort de ces jeunes filles importe peu et qui préfère se concentrer sur le confort de sa vie de famille, Furlong va tendre une main à la créature grelottante qu’il découvre dans le local à charbon du couvent. Après tout, n’est-il pas le fils d’une domestique tombée enceinte à quinze ans ? Sans la bonté de feu Mrs Wilson, sans ses encouragements, il ne serait pas là aujourd’hui. Passé et présent se répondent dans son geste. Logiquement et tout naturellement.

Etait-ce possible de continuer durant toutes les années, les décennies, durant une vie entière, sans avoir une seule fois le courage de s’opposer aux usages établis et pourtant de se qualifier de chrétien, et se regarder en face dans le miroir ?

Ce genre de petites choses est à la fois le portrait d’un homme simple et généreux et celui de l’Irlande des années 1980. C’est un roman dédié aux femmes et aux enfants enfermés et exploités dans les blanchisseries de Magdalen en Irlande jusqu’en 1996. Le genre de petit roman qu’on n’oublie pas.

Ce genre de petites de choses, de Claire Keegan, est disponible chez Sabine Wespieser Editeur (novembre 2020, 120 pages). Traduction de Jacqueline Odin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s